facebook icon
youtube icon
youtube icon
LES MAISONS DU VOYAGE
Inde du Nord
L'Inde du Nord, plus qu'une région, un pays, un sous-continent, ne compte pas ses trésors nés au gré d'une histoire riche en péripéties, brassages et influences diverses. Les envahisseurs venus des déserts d'Orient ou des steppes d'Asie centrale, ont laissé leur empreinte sur cette terre convoitée et chérie. Empires et royaumes s'y succédèrent, tout comme les six grandes religions, toujours présentes aujourd'hui dans la pierre et dans les pratiques prégnantes.
Voyages en Inde du Nord
Carnet pratique

Le spécialiste du voyage en Inde du Nord

Un voyage en Inde du Nord vous livre les trésors de ces terres légendaires, bien plus qu’une région, un pays, un sous-continent, nées au gré d’une histoire riche en péripéties, brassages et influences diverses. Chaque envahisseur lors de son voyage en Inde du Nord, venu des déserts d’Orient ou des steppes d’Asie Centrale, a laissé son empreinte sur une terre toujours convoitée, chérie, prisée par les conquérants grands et petits. Les empires et royaumes qui se succédèrent, mais aussi les grandes religions, présents aujourd’hui dans la pierre et dans les pratiques si prégnantes font également partie de votre voyage en Inde du Nord. La nature n’est pas en reste, les sanctuaires animaliers à la faune et la flore d’une variété incroyable séduiront le voyageur en quête d’une autre Inde…

Nos premiers prix

Circuits en Inde du Nord Découvrez tous nos circuits pour cette destination

Séjours en Inde du Nord Découvrez tous nos séjours pour cette destination

Extensions en Inde du Nord Découvrez tous nos extensions pour cette destination

* Prix à partir de, sous réserve de disponibilité, voir conditions particulières sur la fiche produit
Inde du Nord

ARTISANAT

L’artisanat indien est riche, de qualité et d’une grande diversité. Il se décline sur un grand nombre de supports.
Les tissus en constituent un aspect majeur. Les soies de Bénarès ou de la région de Chanderi, au Madhya Pradesh, on fait la réputation des brocarts indiens. Le tissage à la main et au rouet, dit « khadi », est aussi très emblématique de cet artisanat en raison de son usage par Gandhi dans sa lutte contre l’invasion du marché indien par les marchandises manufacturées en Grande-Bretagne. On se procure ces textiles, soies, lins, cotons ou laines aux couleurs chatoyantes, au mètre ou en vêtements, écharpes, foulards, couvre-lits…, à prix fixes et sans marchandages dans les magasins gouvernementaux (Khadi Bhandar).
Le Cachemire est réputé pour sa production de textiles : les châles et pashminas de cette région sont d’une douceur incomparable. Les tapis brodés en feutre (les mumda) y sont très ouvragés. Les produits les plus appréciés de l’artisanat de cette région sont disponibles dans toutes les grandes villes de l’Inde du Nord en raison du grand dynamisme de la population commerçante cachemirie essaimant sur l’ensemble du sous-continent.
Côté bijoux, les boutiques de joailleries népalaises et rajasthanaises recèlent de trésors, fines parures d’or, d’argent ou de métal blanc, gemmes, pierres précieuses et semi-précieuses sur montures traditionnelles ou plus modernes.
Dans toutes les régions du pays, les Indiens cisèlent le bois de manière remarquable. Les statues et effigies sculptées dans le palissandre, le bois de Santal, le cèdre de l’Himalaya, ou le teck, témoignent de la maîtrise des techniques de par leur aspect poli.

BAGAGES

Vos bagages ne doivent pas dépasser 20 kg à 26 kg selon les compagnies pour les bagages enregistrés en soute pour les vols internationaux, 15 kg sur les vols intérieurs (les compagnies indiennes sont très strictes sur la limitation du poids des bagages. Tout kilo supplémentaire sera facturé 5$). En dehors du sac ou de la valise principale (fermant à clef), votre bagage cabine ne doit pas excéder 56 cm x 36 cm x 23 cm pour 7kg. Ne jamais laisser dans les bagages enregistrés les effets précieux, passeports, appareils de photos, traitement médical en cours…Pour les vols intérieurs évitez tout instrument pouvant ressembler à une arme, canif, voire lime à ongles.

BIBLIOGRAPHIE

Nous avons établi pour vous une bibliographie sélective à l’usage du voyageur en Inde : guides, romans, mais aussi livres d’art, d’histoire ou de sciences sociales. Vous y trouverez des ouvrages incontournables ainsi que des travaux plus spécialisés. Nous pouvons vous la faire parvenir sur simple demande.

BLANCHISSERIE

On trouve des services de blanchisserie dans tous les hôtels. Les vêtements donnés le matin seront remis le soir même, lavés et repassés.

BOISSONS

Les boissons ne sont pas incluses dans les prix des circuits. Le thé (chaï) est, dans l’usage courant, bouilli, sucré, avec du lait, parfois relevé d’une note de cardamome, de poivre ou de piment rouge. La préparation du thé noir n’est pas pratique courante chez les Indiens. Il est recommandé de préciser son goût en la matière à la commande si vous le préférez sans lait (« black tea » ou « kali chaï »). Vous trouverez presque partout des boissons gazeuses et de l’eau minérale (n’oubliez pas cependant de vérifier le cachet des bouteilles que vous vous procurez sur le marché ou sur les sites de visite). Aussi est-il très peu utile de se munir de pastilles de chlore ou d’argent pour purifier l’eau courante qu’il faut absolument éviter de boire. De même les glaçons même s’ils sont préparés à partir d’eau filtrée, ne conviennent pas à tous les organismes. Les jus de fruits, quoique très rafraîchissants, sont souvent coupés à l’eau. Préférez-leur donc les sodas. La bière locale est bonne et légère. Les vins et alcools d’importation demeurent à des prix prohibitifs en raison des taxes d’importation. Les hôtels et bons restaurants dotés d’une licence d’alcools tendent à se répandre. De même, la production viticole nationale en pleine croissance permet d’offrir un choix de vins indiens rouges et blancs des Etats du Maharashtra et du Karnataka. Trois ou quatre récoltants se partagent un marché en plein essor. Ils proposent des crus tout à fait convenables, moins taxés et donc plus abordables.

CARTE DE CREDIT

Visa International, American Express, Mastercard, Dinners Club sont acceptés pour les règlements dans les hôtels de luxe ainsi que dans les magasins principalement fréquentés par les étrangers, emporiums, magasins d’antiquités. Ce type de paiement peut cependant entraîner une majoration du prix (variable). Les retraits d’espèces ne sont possibles que dans les villes principales, grâce aux banques ou aux quelques guichets de retrait automatique marqués par le sigle « ATM » désormais disponibles mais demeurant assez rares. Pour information, on en trouve à New Delhi, sur le cercle central de Connaught Place et à Jaipur sur M.I. Road, la grande artère commerçante de la ville, hors de la cité fortifiée.

CHANGE

Vous pouvez changer à l’aéroport, les banques sont ouvertes à l’arrivée des vols internationaux, et dans la plupart des hôtels (espèces uniquement pour ces derniers). Vous devez présenter votre passeport pour la transaction et conserver le bordereau qui vous permettra de changer vos roupies lors du départ. Les cartes bancaires peuvent être utilisées dans les hôtels et magasins de luxe des grands centres urbains. Les chèques de voyage en euros et dollars se changent aisément dans les grandes villes de l’Inde du Nord (comme du Sud). Lorsque vous changez des espèces, dollars ou euros, privilégiez les petites coupures.

CINEMA

Bollywood n’est pas le seul temple du cinéma indien mais demeure à ce jour le principal centre de production du 7e art du pays. On y produit un cinéma populaire de langue hindi, très marqué par le style de la comédie musicale, et exporté dans l’ensemble du sous-continent, dans toute l’Asie du Sud, au Moyen-Orient et en Afrique, où les airs des comédies musicales masala sont sur toutes les lèvres (ainsi qu’en témoignent les films Devdas, Lagaan ou encore La Famille Indienne récemment projetés en France). Moins connu du grand public et en marge de cette grande industrie, le Bengale se distingue depuis l’indépendance par une production de films d’art et d’essai dont Satyajit Ray demeure à ce jour le meilleur représentant.

CLIMAT (saisons et moussons)

L’Inde du Nord est étendue, topographiquement contrastée et donc sujette à des grandes variations climatiques. Le pays connaît trois grandes saisons : fraîche, chaude et humide (celle des moussons).
_ La saison fraîche démarre aux alentours du mois d’octobre lorsque la mousson a pris fin dans toutes les régions septentrionales de l’Inde. La fin des pluies, lorsqu’elle intervient prématurément, comme souvent au Rajasthan, courant septembre, peut être suivie d’une vague de chaleur humide. La saison fraîche ne succède dons pas immédiatement, sans transition, à la période des moussons. A l’exception des régions les plus élevées de la chaîne himalayenne, Ladakh et Zanskar, très difficilement praticables entre octobre et avril, la saison fraîche, qui s’étire d’octobre à mars, est la meilleure période de l’année pour voyager en Inde du Nord. Décembre et janvier sont marqués par une amplitude thermique importante entre le jour et la nuit à l’ouest de l’Inde du Nord (Delhi, Rajasthan, Gujerat), qui engendre parfois pluies légères et brouillards de matinée. La partie orientale connaît un climat moins continental, plus tropical.
_ La saison chaude est la plus courte du cycle. Elle débute d’abord progressivement, dès la fin mars, par un réchauffement régulier des températures qui reste très supportable jusqu’à la mi-avril. Au-delà de cette période, le mercure franchit fréquemment les 40 °C au Rajasthan et à mesure qu’on descend vers les régions centrales de l’Inde (Etats du Madhya Pradesh, de Chatisgarh, et du Jharkand). A cette période, il est préférable de quitter les plaines pour s’aventurer dans les collines, au Sikkim, en Assam, en Himachal Pradesh.
_ La saison humide : les changements climatiques liés à l’arrivée des vents de moussons commencent à se faire sentir dès la fin du mois de mai, rendant l’atmosphère électrique et difficilement supportable. Chaleur, humidité et basses pressions donnent lieu à des orages très brefs, à des bourrasques de vents chargés de poussière ou de sable (au Rajasthan, au Madhya Pradesh). Les pluies de mousson progressent du sud-ouest vers le nord-est. Bien que constituant un phénomène climatique récurrent, elles sont fortement aléatoires. Elles n’ont, quelque soit leur intensité, rien d’un déluge ininterrompu. Après les grandes chaleurs du mois de mai et de début juin, elles contribuent à apporter un peu de fraîcheur au cours des longues journées de la saison humide. En dépit des fortes variations annuelles de la mousson, le régime des pluies moyen définit globalement trois grandes zones de contraste. La région ouest, désertique, est peu touchée par la mousson (d’août à la mi-septembre). La plaine gangétique, bande oblongue que couvrent les Etats de l’Uttar Pradesh et du Bihar, connaît une forte pluviométrie de la mi-juin à la fin septembre. Enfin, les contreforts himalayens et les Etats côtiers de l’Est (Bengale, Orissa), à l’instar de la côte sud occidentale du sous-continent, région de l’Inde la première à être touchée par la mousson, sont marqués par de très fortes précipitations de juin à septembre.

La relative proximité du sous-continent avec l’équateur fait que les heures de coucher et lever du soleil varient moins d’une saison à l’autre qu’en Europe. On ne pratique pas l’heure d’été et donc les journées se terminent plus tôt pendant la saison de moussons.

CUISINE

Les régimes alimentaires du Nord et du Sud diffèrent sensiblement. La cuisine est un fait social important. La gastronomie du Nord se différencie clairement des traditions culinaires méridionales par sa plus forte propension à suivre un régime carné. On trouve des plats dits « continentaux » dans une majorité d’hôtels. Au Bengale, les poissons en sauce font figure de plat régional. La cuisine du Nord est moins épicée que celle du Sud. Un adage indien humoristique veut qu’en Inde du Nord, on mange du riz avec du piment et qu’en Inde du Sud, du piment avec du riz. Cette nuance est néanmoins toute relative. Epicé ne signifie pas nécessairement pimenté. Il est recommandé de se faire préciser si le plat est relevé ou non avant de faire son choix. On pourra en général demander au cuisinier, selon convenance, de moduler son usage du piment.
Les préparations de pains différencient fortement de l’Inde du Nord à l’Inde du Sud. Au Nord, les galettes de blé ou de millet (chapati, roti, puri et nân) sont une composante essentielle du repas à la différence du Sud, où c’est le riz qui constitue l’ingrédient de base de la préparation des galettes. La majorité des plats végétariens comme carnés sont servis en sauces (les kari ou curry, dont la composition peut comprendre jusqu’à une vingtaine d’épices) ou accompagnées de riz (biryani, pullao). Les lentilles ou « dâl », servies très liquides, font office de plat national plus encore que le riz. Les viandes de poulet et d’agneau marinées et cuites au four telles que les kabab ou tanduri sont propres au Nord.
L’Inde exemplifie le principe de l’unité dans la diversité selon la formule de Nehru. On trouve donc, au Nord, en dépit des fortes différences culinaires régionales, de nombreux restaurants spécialisés dans la cuisine sud indienne. Deux plats caractérisent ce régime alimentaire côtier : l’idli, sorte de boulette de riz cuite que l’on sert souvent accompagnée d’une sauce au yaourt épicée ou de lentilles épicées et de chutney, est servi au petit-déjeuner. A midi, les dosas sont des crêpes de farine de lentilles qu’on farcit de légumes relevés.
Les desserts (mithai), toujours très sucrés, sont le plus souvent à base de noix, d’amandes et de lait.

DANSES

Les arts scéniques sont variés. Plusieurs traditions chorégraphiques coexistent dans l’Inde d’aujourd’hui : danses de temple séculaires, telles le bharata natyam du Tamil Nadu, l’odissi de l’Orissa, ou le kathakali du Kerala, et danses profanes, telle le kathak, créé pour la cour des Moghols.
Haussement du sourcil, pli de la bouche, battement de paupières, mouvements du bras imitant la trompe d’un éléphant ... les expressions corporelles forment l’un des grands domaines d’apprentissage de la danse.

DISTANCES, POIDS ET MESURES

L’Inde a les mêmes systèmes que la France pour les poids et les mesures. Sur les routes les distances sont généralement indiquées en kilomètres. Mais on continue souvent à compter en miles (1,6 km).

DOUANES

Douane indienne : vous bénéficiez des tolérances habituelles en ce qui concerne les effets personnels, les cigarettes (une cartouche), appareil de photo, caméra jusqu’à 16 mm, un magnétophone. Les caméras vidéo doivent être déclarées à l’arrivée. Les douaniers peuvent s’assurer à votre départ que vous en êtes toujours détenteur.
L’exportation de pierres précieuses et bijoux dépassant 10 000 Rs, soit environ 250 € doit faire l’objet d’un certificat d’authenticité ainsi que d’un permis d’exportation. Il en est de même pour les antiquités de plus de cent ans.
A votre retour la douane française autorise les achats pour un montant de 200€.

EAU

Ne buvez jamais l’eau du robinet. Elle n’est pas potable. L’eau minérale en bouteille est facilement disponible dans les villes et sur les sites touristiques. Evitez les glaçons et l’eau dite filtrée dont la qualité ne convient généralement pas au voyageur européen. Lorsque vous vous procurez une bouteille dans une échoppe, vérifiez avant de la consommer que son ouverture a été convenablement cachetée.

ELECTRICITE

Le 220 Volt est très généralement utilisé. Il est toutefois conseillé de vérifier le voltage avant de brancher ses appareils et de se munir d’un adaptateur universel pour fiches multiprises.

ÉPICES

Épicé n’est pas forcément pimenté : le curry ou masala est un mélange d’épices, pilées au mortier, dont recettes et dosages varient d’une région à l’autre. Le curcuma, ou safran indien, le colore en jaune d’or, le cumin, la cardamome, les graines de coriandre ou de moutarde lui donnent ses notes parfumées. C’est en Inde du Nord que les curries sont les plus doux. On en fait les sauces crémeuses de la cuisine mughlai, ou les marinades de yaourt des viandes cuites au four d’argile (tanduri).

FETES

L’hindouisme se caractérise au Nord comme au Sud par une diversité de dieux, sanctuaires et pratiques unis par les mêmes schèmes culturels d’une grande civilisation : la fameuse « unité dans la diversité » selon la formule de Jawaharlal Nehru, ancien Premier Ministre de l’Union indienne, père d’Indira Gandhi et disciple nuancé de Gandhi. On mentionnera quelques fêtes majeures célébrées avec une grande ferveur dans le nord de l’Inde. Les dates de ces événements ne sont pas fixes. Axées sur un calendrier combinant cycles lunaire et solaire elles changent chaque année :
- Diwali ou Dipavli ou « festival hindou des lumières » se tient chaque année entre septembre et octobre. Célébrée par tous les hindous, elle honore les instruments de travail, les symboles de vie. D’un point de vue liturgique, elle célèbre le retour du roi Ram (incarnation de Vishnu) dans sa capitale d’Ayodhya (dans l’Etat actuel de l’Uttar Pradesh) après un long exil au terme duquel il tue le démon Ravana sur l’île de Lanka. Cette fête est considérée comme de bon augure pour les affaires. Chaque recoin des maisons et particulièrement de leurs façades sont illuminés avec des petites chandelles (dipa ou diya) de beurre clarifié afin de gagner les faveurs de Lakshmi, la déesse de la richesse.
- Holi : fête de l’équinoxe de printemps et fête des couleurs. Célébrée entre février et mars et dédiée à Krishna, elle marque à l’origine la célébration d’un ancien culte de fertilité et du renouveau de la vie associé au cycle des saisons. A cette occasion, les hindous, quelque soit leur appartenance de caste, s’aspergent abondamment de poudre et de liquide colorés. L’intense brassage intercommunautaire suscité lors de cet événement lui fait prendre aussi le nom de « fête du cœur ». Dans les campagnes et aux croisements des avenues des quartiers des villes grandes et moyennes, la nuit précédent Holi, on brûle une effigie représentant la démone éponyme Holika pour commémorer sa destruction par le dieu berger Krishna.
- Gangaur : fête hindoue propre au Rajasthan. Célébrée entre les mois de mars et avril, en l’honneur de la parèdre de Shiva, Gauri, divinité de l’abondance, elle donne lieu à des processions de femmes et de chars portant des effigies de bois, en direction des principaux réservoirs, pour y immerger les représentations des dieux.
- Moharram : fête musulmane chiite célébrant la mort de Hussein, gendre du prophète Mahomet, en 680. Cette fête, qui marque aussi une période de jeûne, s’achève avec des processions de chars portant des « taziya », grandes répliques réduites, colorées et scintillantes, du mausolée de Hussein.

GÉOGRAPHIE

L’Inde couvre une superficie de 3 287 000 km². Elle se divise en 28 Etats et 7 territoires de l’Union (incluant la capitale, Delhi). Les Etats se subdivisent à leur tour en districts.
L’Himalaya : bordée au sud d’une longue bande marécageuse appelée Terai.
La plaine gangétique s’étirant des étendues arides et rocailleuses du désert du Thar jusqu’à la région tropicale, limoneuse et fertile du Bengale.

GHATS

Les ghâts sont les berges des rivières et des bassins sacrés aménagées en marches de pierre, permettant aux pèlerins hindous d’accéder à l’eau pour procéder à leurs ablutions rituelles. Les ghâts les plus célèbres sont ceux de Bénarès, Haridwar et Rishikesh. Il est courant d’y procéder à l’incinération des morts en des lieux déterminés, où la présence des appareils photo n’est pas appréciée.

HEURE

Par rapport à l’heure de la France métropolitaine, vous devrez avancer votre montre de 4h30 en hiver et 3h30 à l’heure d’été.

HORAIRES BANQUES ET MAGASINS

Ils varient d’une région à l’autre : les banques sont généralement ouvertes de 10h00 à 14h00 en semaine et de 10h00 à 12h00 le samedi. Les rideaux de fer de leur entrée en sont parfois à moitié tirés : cela ne signifie pas que l’établissement est fermé mais vaut mesure de sécurité. Les magasins ouvrent de 09h30 à 19h30. Certains magasins sont ouverts le dimanche.

HOTELLERIE

Le Nord étant la région la plus visitée de l’Inde, elle est aussi la mieux dotée en infrastructures hôtelières. Les grandes chaînes internationales (Sheraton, Hilton) n’égalent pas en raffinement les palais et villas du Rajasthan qui ont fait la réputation du tourisme indien. En marge de cette hôtellerie de luxe, existent également des établissements plus modestes en capacité d’accueil, mais qui dotent la région de demeures de charme. Le voyageur s’y voit offrir un point d’entrée dans la culture locale, dans la lumière tamisée des cours centrales de ces lieux familiaux où se concentre le plus clair de l’activité domestique. Les haveli de la Shekhawati, province nord orientale du Rajasthan autrefois située dans le royaume de Jaipur, résidences de riches communautés de marchands originaires du centre du Rajasthan (région de Jodhpur), rivalisent en couleurs, sculptures et peintures avec les demeures princières et temples des dieux du panthéon hindou.

INTERNET

Quelques sites Internet sur l’Inde :
* Site de l’Office du tourisme de l’Inde
http://india-tourism.com/info/information.html
* Maps of India http://www.mapsofindia.com
* Météo http://weather.123india.com
* Site de l’Ambassade de l’Inde en France
www.amb-inde.fr
* Site du Ministère du Tourisme de l’Inde
www.tourisminindia.com

INVITATION

Si vous êtes invité, évitez d’apporter des fleurs, réservées principalement, selon les variétés, au mariage, au deuil ou à telle ou telle divinité : vous pourriez commettre un impair. Si votre hôte est déchaussé dans sa demeure, déchaussez-vous également. Si vous apportez un cadeau, veillez à ce qu’il soit joliment emballé. Ne vous offusquez pas si votre hôte prend le paquet et le dépose dans un coin sans l'ouvrir, ni dire merci. Il l'ouvrira avec grand plaisir et l’appréciera après votre départ. Les pâtisseries sont toujours très appréciées. Il est d’usage avant le dîner de prolonger les apéritifs et amuse-gueules et de servir copieusement les assiettes. Soyez en appétit. Demandez à vous laver les mains avant le repas. Les Indiens sont très pointilleux sur les questions de pureté. Si vos hôtes ne disposent pas ou n’utilisent pas de couverts ce qui est courant, veillez à manger de la main droite, la main gauche étant théoriquement réservée à la toilette intime.

JOURNAUX

Il est difficile de trouver des journaux francophones, à part à Bombay et Delhi. Il est en revanche aisé de se procurer le Herald Tribune ou le Times. Le meilleur quotidien indien en langue anglaise, The Hindu, de même que le Times of India, est bien distribué dans les grandes villes. Dans les localités plus modestes, seul le Hindustan Times est disponible. Peu ouvert aux informations internationales, à l’exception de l’actualité hollywoodienne, il constitue néanmoins un bon média d’approche des réalités du pays.

LANGUE

L’Inde compte 18 langues « constitutionnelles », officielles, appartenant à deux branches linguistiques distinctes. Au nord, dominent les langues indo-européennes telles que l’hindi, le gujarati, le panjabi, le kashmiri, le marathi, ou le bengali, qui ont pour base les langues dites védiques, dont le sanskrit et le prakrit. Entre ces différents groupes génériques existent une multiplicité de dialectes et parlers locaux, auxquels le nombre de locuteurs, atteignant souvent plusieurs millions d’individus, et l’originalité, donnent toutes les caractéristiques de langues à part entière. On a coutume de dire en Inde du Nord que les idiomes changent tous les 30 km.
Au sud, passé l’Etat du Maharashtra (dont Bombay est la capitale), le tamoul (au Tamil Nadu), le malayalam (au Kérala), le telugu (en Andhra Pradesh) appartiennent à la famille des langues dites dravidiennes de souche distincte. D’est en ouest et du nord au sud, Les différences linguistiques sont telles que l’hindi, privilégié par le gouvernement après l’indépendance, n’a pas réussi à s’imposer uniformément. La langue anglaise fait office de lingua franca dans l’ensemble du sous-continent. Elle n’est pas pour autant comprise et maîtrisée par tous, mais pratiquée dans les hôtels et restaurants d’un certain standing, dans les administrations, les banques et les activités de service.

MONNAIE

Le taux de change varie généralement autour de 60 Roupies (Rs) pour 1 €. Il existe des billets de 1, 2, 5, 10, 20, 50, 100, 500 Rs et 1000 Rs (parfois difficiles à échanger hors des hôtels et grands restaurants). Leur importation et exportation sont interdites. Conservez votre reçu de change afin de vous débarrasser de vos dernières roupies en billet à la fin de votre séjour.
Au Népal (à titre indicatif) : 1 € = 105 roupies népalaise environ.

PHOTOS-FILMS

L’ensemble du sous-continent indien comblera les photographes en raison de ses couleurs vives. Pensez également à emporter vos piles et chargeurs qui ne sont pas toujours aisément trouvables ainsi que vos cartes mémoire. Un droit de photographier est à acquitter sur certains sites. Celui-ci reste modeste (entre 50 et 100 roopies).

POSTE

Les bureaux de poste sont ouverts de 10h00 à 16h30 en semaine et jusqu’à 12h00 le samedi. Le service postal fonctionne bien, mais il faut compter une semaine de délai de réception. Lorsque vous envoyez une carte ou une lettre, veillez à faire tamponner les timbres devant vous.

POURBOIRE

Comme dans beaucoup de pays, la pratique du pourboire est répandue pour le personnel hôtelier, guides, chauffeurs, bagagistes, etc. Non une contrainte mais récompense pour un service rendu, son attribution et son montant sont laissés à votre seule appréciation. À titre indicatif, vous pouvez compter environ 4€ par jour et par personne à partager entre le guide et le chauffeur.

RELIGION

Les Indiens, qu’ils soient musulmans, hindous, sikhs, jaïns, parsis ou chrétiens, vivent dans un environnement et dans un esprit religieux auxquels nous ne sommes pas habitués. L’hindouisme est la religion prédominante avec plus de 700 millions de fidèles. Il n’a ni fondateur, ni clergé officiel, mais un socle conceptuel de référence qui constitue les Védas. Trois dieux principaux forment la Trimurti, la Trinité, avec Brahma, le créateur de l’Univers, Vishnu, dieu de la conservation du Monde et Shiva, symbole de la destruction et de la résurrection du Monde. L’hindouisme exalte également une foule de dieux secondaires, tout aussi importants tels que Ganesh, le dieu à tête d’éléphant, dieu de la réussite, Rama, Krishna, réunis dans un panthéon dont l’ensemble des divinités, composant une hiérarchie, à l’image du système des castes, participe à la définition de chaque dieu. En Inde du Nord, la longue dominance politique de l’islam avant l’installation du Raj britannique est venue très tôt contrer le système idéologique et social hiérarchique des castes prévalant dans l’hindouisme en proposant une vision plus égalitaire de la société. Les influences réciproques des deux religions ont eu pour résultante, dans la société hindoue, d’améliorer quelque peu la condition des intouchables, en leur ouvrant plus facilement les lieux de cultes que dans le sud de l’Inde. Parallèlement, l’ancrage du système des castes dans la société indienne s’est partiellement diffusé à la communauté musulmane en introduisant des segmentations en son sein.

RÉSEAU ROUTIER

En dehors des agglomérations, les routes en Inde sont plutôt mauvaises et encombrées. La vitesse moyenne dépasse rarement 40 km/h.

SANTÉ

Il est bien entendu nécessaire d’être à jour sur ses vaccinations générales : diphtérie, tétanos et poliomyélite. La coqueluche est également une vaccination qui doit être envisagée (cette maladie réapparaît en effet , même en France)

- Aucun vaccin n’est exigé pour l’Inde.
* Les vaccinations contre la typhoïde, l'hépatite A, sont recommandées pour des séjours répétés ou prolongés ainsi que pour des séjours effectués dans des régions aux conditions d’hygiène précaires.
* En cas de séjour prolongé en zone rurale : encéphalite japonaise en période de mousson
* Méningite A+C (en cas d’épidémie : peut survenir dans le nord en saison sèche, notamment dans les grandes villes)

- Paludisme : il n’existe pas de vaccin. L’une des premières précautions à prendre est de se munir de répulsifs, et de porter des vêtements couvrants, notamment à la tombée de la nuit. L’Inde fait partie du groupe « 2 ». Selon l’Institut Pasteur, il n’est pas nécessaire de prendre de chimio prophylaxie pour un séjour inférieur à 8 jours. Pour un traitement préventif, il est nécessaire de consulter un médecin pour le choix adapté à la période et la zone exacte de voyage (Savarine ou Malarone, ou…)

- N’oubliez pas vos médicaments si vous avez un traitement en cours.
- Conseils de base : lavez-vous régulièrement les mains, évitez les glaces, abstenez-vous de crudités, ne consommez que des fruits pelés.

Pour vous tenir régulièrement informés, nous vous invitons à consulter le site officiel du Ministère des Affaires Etrangères "conseils aux voyageurs" www.diplomatie.gouv.fr et plus spécifiquement les sous rubriques "risques pays" et "santé".

SÉCURITÉ

On ne ressent pas de sentiment d’insécurité en Inde. Il faut néanmoins garder à l’esprit que 30% de la population vit dans des conditions précaires. Les précautions élémentaires sont donc à respecter : éviter de sortir des liasses de billets, garder ses valises fermées à clé, faire attention aux pickpockets dans les endroits touristiques ou bondés. A Delhi, vous aurez un coffre dans votre chambre pour déposer vos objets de valeur. Ne mettez jamais votre passeport dans vos bagages et ayez-en toujours une photocopie sur vous.

TELEPHONE et FAX

Les communications se sont nettement améliorées ces dernières années. Vous pourrez facilement être appelé ou téléphoner de votre hôtel de Delhi. Les communications y sont cependant onéreuses. Pour appeler la France, composez le 00 33 (+ votre numéro à 9 chiffres sans le « 0 »). De France, l’Inde s’obtient par le 00 91 (+ le code de la ville). A l’extérieur les petites échoppes de téléphone, facilement repérables à leur enseigne ISD/STD se sont multipliées. Il est souvent plus facile d’obtenir la France que d’appeler une ville voisine en raison de l’encombrement des lignes.

TOILETTES

Il n’en existe pas en dehors des hôtels et restaurants, même les principaux sites touristiques tels le Taj Mahal à Agra n’en disposent pas.

VACHES

Avant d’être sacrée, la vache est précieuse. Le lait qu’elle fournit l’érige en symbole de mère nourricière et respectée. On en tire le beurre et le yaourt, apports majeurs en protéines dans un pays majoritairement végétarien. Tous les produits de la vache, hormis sa viande, sont considérés comme source de purification.

VETEMENTS

Les Indiens apprécient les tenues soignées, voire élégantes. Elles sont une marque de respect de soi-même et de son interlocuteur. Pour les femmes, les jupes très courtes, les shorts, les décolletés, les tee-shirts sans manches sont à proscrire. Pour les hommes, les shorts sont également peu appropriés, surtout pour la visite des lieux de culte, temples hindous, jaïns, sikhs ou mosquées. Se couvrir est également la meilleure protection contre les moustiques en fonction des régions et des périodes de l’année. Vous devrez vous déchausser pour entrer dans les lieux de cultes ainsi qu’au Taj Mahal à Agra, vos chaussures seront gardées pour quelques roupies (prévoyez des chaussettes qui vous éviteront de marcher pieds nus). Ne pas porter de cuir dans les temples jaïns. Prévoyez d’emporter des lainages pour les endroits climatisés ainsi que pour les soirées. Après la tombée du soleil, il peut faire très frais, particulièrement dans les zones désertiques où les amplitudes thermiques entre le jour et la nuit sont parfois considérables (Rajasthan, Gujarat).